Header image  
"Le voyageur est encore ce qui importe le plus dans un voyage" (André Suarés)  
  ACCUEIL ::
   
 
GÉNÉRALITÉS SUR L'ITALIE EN CAMPING-CAR

Italie en camping-car : généralités

C'est certainement en Italie que la pratique du camping-car est la plus proche de celle que nous connaissons en France et les aires des service y sont paraît-il plus nombreuses que chez nous. Je me suis procuré dans l'une d'entre-elles le guide ci-dessous.

Accès : Venant de Normandie via Paris, Troyes, le Jura, j'ai traversé la Suisse pour pénétrer en Italie par le col du Simplon en 2002. Du Jura à l'Italie, sans emprunter les autoroutes, compter une bonne demi-journée pour effectuer le trajet. La carte "autoroutes" est vendue à la frontière 30 € (Carte bancaire acceptée). En 2004, je suis passé par le col du Mont-Cenis et en 2006 par le col de Vars puis le col de Larche.

Au retour, j'ai passé la frontière au col du Mont Cenis en 2002 et 2006, la vue sur le lac y est toujours très belle et l'endroit est très agréable pour passer une nuit fraîche en montagne. En 2004, je suis revenu par l'autoroute et la côte d'Azur.


Le lac du Mont-Cenis


On circule assez mal sur les routes nationales, souvent en assez mauvais état et sur lesquelles les limitations de vitesse à 70 km/h et à 50 km/h sont très nombreuses mais les autoroutes sont un peu moins chères qu'en France ; il existe très peu de 4 voies gratuites.

Le gazole est un peu plus coûteux : 10 centimes d'euros de différence pendant l'été 2002. Attention, dans certaines stations, deux prix différents peuvent être pratiqués selon que l'on vous sert ou que vous vous servez.

Certains disent que les Italiens conduisent mal ; je ne partage pas cet avis ; je dirais qu'ils sont tout sauf hésitants. Sur la route et en particulier en camping-car, il est souhaitable de laisser une marge de sécurité avec le véhicule qui vous précède ; vous ne serez donc pas étonné que ce soit devant vous, dans les intersections que traverseront les autres automobiles, souvent plusieurs à la fois, venant de la droite et de la gauche.

L'assurance automobile coûte très cher en Italie, Berlusconi avait promis de la réformer mais ne tient pas ses promesses pour le moment ; en attendant, la fuite après un accrochage semble fréquente pour les habitants de la péninsule, j'en ai été victime ainsi qu'un autre camping-cariste rencontré ensuite.